1 septembre 2017

Investissement : la deuxième mi-temps sera décisive

Note de conjoncture Immobilier d’Entreprise – Marché de l’Investissement – Août 2017

Au terme d’un 2ème trimestre 2017 plus maussade que prévu, l’activité d’investissement en immobilier d’entreprise a été pénalisée par le recul très significatif des transactions >100 M€  (- 66% au 2ème trimestre sur un an glissant). Au total, ce sont 7 Mds € d’investissements en immobilier d’entreprise banalisé qui sont actés au 1er semestre 2017 (-21% sur un an glissant). Sur ce volume transacté, près des trois quarts des engagements portent sur la classe d’actif bureau, en particulier en VEFA, avec des prises de position plus ouvertes sur les opérations en blanc. La meilleure visibilité conjoncturelle aux plans politique et économique devrait constituer un terrain propice pour la deuxième mi-temps.
L’engagement collectif suffira-t-il au marché de l’investissement pour atteindre le score de 24 Mds € de 2016 ?

Contexte économique

La croissance mondiale est mieux orientée au 1er semestre 2017, sur fond d’intensification des échanges mondiaux, notamment dans les économies émergentes et dans un contexte de reflux du risque inflationniste d’origine énergétique. L’économie chinoise se montre plus résiliente que prévu (PIB en progression de 6,9%). Les Etats-Unis affichent cependant un rythme plus décevant de 2% l’an, dans l’expectative de l’annonce des mesures budgétaires et fiscales de Donald Trump.
Pour l’heure, les craintes d’éclatement de la zone euro et de menaces institutionnelles et bancaires (en Italie) sont oubliées. Le Royaume-Uni est confronté à un net ralentissement de son économie (PIB de 0,8 %/an au 1er trimestre contre 2,8 %/an en fin d’année).
En France, l’activité économique de la France se consolide au 1er semestre 2017, après le rebond de la fin de 2016.
En moyenne sur l’année, le PIB pourrait croître de 1,6%, ce qui représenterait sa plus forte hausse depuis 2011. Parmi les facteurs favorables, un rebond des exportations lié à une demande mondiale plus vigoureuse en 2017, le redressement de la production industrielle et l’accélération des investissements des entreprises. Signe de cette embellie relative, la progression nette des embauches, notamment dans les secteurs du BTP et des services tertiaires, et la baisse du taux de chômage (-0,4 point au 1er trimestre 2017 par rapport au trimestre précédent, 9,3% de la population active en France métropolitaine).