8 mars 2018

Le marché du logement devrait rester dynamique en 2018 en région Auvergne-Rhône-Alpes

Le Crédit Foncier a livré son analyse du marché immobilier de la région Auvergne-Rhône-Alpes (bilan 2017 et perspectives 2018) lors d’une conférence ce soir à Lyon.

Ancien : une activité contrastée dans l’ancien en région Auvergne-Rhône

  • Plus de 6 transactions sur 10 (62 %) dans l’ancien ont été réalisées dans 3 des 12 départements que compte la région Auvergne-Rhône-Alpes, avec 30 % pour le Rhône, 16 % pour la Haute-Savoie et pour l’Isère.
  • L’activité est en franche hausse dans 2 départements seulement : Haute-Savoie (+14 %) et Savoie (+4 %) alors qu’elle accuse une baisse sensible dans 4 départements : Cantal (-29 %), Haute-Loire (-20 %), Allier (-12 %) et Loire (-9%).
  • Dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, les prix* sont resté très disparates. Le prix moyen au m² à fin 2017 d’un appartement ancien s’établit à 4 200 euros à Lyon, 2 500 euros à Grenoble et 1 300 euros à Saint-Etienne.
  • Les prix* des maisons anciennes sont globalement en hausse. Le Rhône affiche avec la Savoie et la Haute-Savoie les prix les plus élevés de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Une maison ancienne vaut ainsi en moyenne 540 000 euros à Annecy, 500 000 euros à Lyon et 250 000 euros à Clermont-Ferrand.

Neuf : une activité en hausse en région Auvergne-Rhône-Alpes

  • 19 418 logements neufs ont été vendus en région Auvergne-Rhône-Alpes, soit 15 % du total France.
  • 67 800 permis de construire ont été octroyés en 2017, soit une hausse de 9,9 %.
  • 54 700 logements ont été commencés en 2017, soit une hausse de 9,0 %.
  • Le prix* moyen /m² d’un appartement neuf se situe à 4 800 euros à Lyon, 4 200 euros sur la Métropole de Lyon et 4 100 euros pour la région Auvergne-Rhône-Alpes. Une maison neuve vaut 350 000 euros à Lyon, 290 000 euros sur la Métropole de Lyon et 240 000 euros pour la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Cette croissance en 2017 a été portée par :

  • un niveau de taux d’intérêt très bas (1,5 % en fin d’année) ; depuis de nombreuses années, la France est un des pays qui affichent les taux d’intérêt de crédit les plus bas en Europe.
  • l’efficacité des mesures de soutien public, notamment le Prêt à Taux Zéro (PTZ) et l’APL accession, ainsi que le dispositif Pinel d’aide à l’investissement locatif.

Le marché immobilier devrait bénéficier en 2018 de deux facteurs favorables : le niveau des taux d’intérêt qui devrait rester toujours très bas, probablement autour de 1,65 % en fin d’année, et la vigueur de la croissance économique. A l’inverse, deux points d’inquiétude sont à relever : la hausse des prix immobiliers dans les grandes villes et la réduction des dispositifs de soutien public (quasi-suppression de l’APL Accession et diminution du prêt à taux zéro en zones B2 et C) qui vont diminuer la capacité d’achat immobilier des ménages accédants modestes. Dans cet environnement, 2018 devrait être une année de consolidation après les records atteints en 2017.

Marché de l’immobilier d’entreprise dans l’agglomération lyonnaise

Le marché locatif des bureaux de l’agglomération lyonnaise a enregistré une demande placée de 269 241 m² (-7,5 % vs 2016) dont la moitié dans le neuf. Le marché de l’investissement a atteint un volume de 908 millions d’euros investis, soit +7,8 % par rapport à 2016.

L’agglomération lyonnaise confirme son rang de deuxième marché en immobilier d’entreprise après l’Ile-de-France.

* Pour les données de prix, la source est : Les Prix Immobiliers/Crédit Foncier Immobilier, janvier 2018
PDF

Les marchés immobiliers : support de la présentation du 8 mars 2018 à Lyon