1 août 2017

Napoléon III : l’empereur réformateur (1808-1873)

Napoléon III, empereur des Français de 1852 à 1870, installa le Second Empire. Transformer Paris, pour en faire une ville moderne et un modèle pour le monde entier, fut une préoccupation de tous les moments pour ce visionnaire. Pari réussi grâce à son homme de confiance, le baron Georges-Eugène Haussmann qui fut son préfet de la Seine de 1853 à 1870.

BIO EXPRESS

PROFESSION
Président et empereur

 

1832
Parution de son 1er livre, Rêveries politiques

1840-1846
Captivité au fort de Ham en Picardie

1848-1852
Louis-Napoléon Bonaparte, premier président de la République française

1852
Napoléon III, empereur des Français

1870
Déchéance de Napoléon III et proclamation de la IIIe République

1871
Exil en Angleterre

 

 

PDF

Télécharger la fiche

 

Qui est-il ?

Louis-Napoléon Bonaparte est le fils de Louis Bonaparte, roi de Hollande, frère de l’empereur, et de Hortense de Beauharnais. Il était à la fois le neveu de Napoléon Ier et le petit-fils et neveu de son épouse, l’impératrice Joséphine.

Premier président de la République de l’histoire de France, élu au suffrage universel en décembre 1848, il renversa lui-même la deuxième République depuis son palais de l’Elysée, avant de se faire proclamer empereur sous le nom de Napoléon III.

Après avoir échoué deux fois à renverser la Monarchie de Juillet qu’il jugeait insuffisamment préoccupée du sort des ouvriers, il profita de sa détention de près de six ans au fort de Ham, en Picardie, pour révéler sa pensée politique, notamment dans son ouvrage L’Extinction du Paupérisme (1844).
Il y affirmait sa volonté de « rendre propriétaire la classe ouvrière qui ne possède rien », et d’ajouter que répandre [auprès de ces mêmes classes ouvrières] qui sont plus nombreuses, l’aisance, l’instruction, la morale, c’est extirper le paupérisme, sinon en entier, du moins en grande partie ».
Une fois théorisée sa pensée politique, il était temps pour le futur empereur de s’évader en 1846 du fort de Ham, sans qu’il ne néglige de manifester sa volonté de devenir un chef d’État bâtisseur, en se grimant sous les traits du maçon Badinguet.

 

Le contexte :
une effervescence industrielle

Bâtisseur mais aussi rénovateur, le futur empereur avait bien constaté que la France restait à la traîne alors que, dès les années 1770, l’Angleterre avait engagé le virage de la révolution industrielle. De plus, d’autres pays ou régions (Allemagne rhénane, Saxe, Silésie) étaient également en plein essor économique et industriel.

Bien qu’un réseau de voies ferrées eût largement commencé d’être tracé, le pays manquait encore cruellement d’infrastructures en ce milieu du XIXe siècle, ainsi que d’un réseau bancaire apte à y investir, de même qu’à soutenir et accompagner le développement industriel. La Monarchie de Juillet avait certes, encouragé l’expansion et laissé émerger un vrai capitalisme libéral, mais d’abord et avant tout fondé sur la « haute banque », une vingtaine d’établissements reposant sur de grandes fortunes dynastiques, telles que les Rothschild ou les Laffitte. Elles avaient tout de même comme caractéristique d’être extrêmement timorées devant l’effervescence des projets industriels, et rétives à la prise de risque.

Après le Comptoir national d’escompte, ancêtre de BNP Paribas, porté sur les fonts baptismaux par le gouvernement provisoire quelques semaines après la chute de la Monarchie de Juillet, en 1848, c’est Napoléon III qui donna le coup d’envoi à la naissance de nombreuses autres grandes banques modernes que nous connaissons encore : le Crédit industriel et commercial (CIC) en 1859, la Société Générale en 1864, le Crédit Lyonnais en 1863, etc.

Dès 1852, encore président de la République, Louis-Napoléon publia le décret portant création du Crédit Foncier de France. En novembre de la même année, les frères Isaac et Émile Pereire fondèrent le Crédit mobilier, banque d’affaires destinée à attirer les épargnants par des émissions d’obligations dont le produit servira à octroyer des prêts aux entreprises ; et prendre des participations directement dans des sociétés en fonds propres.

Qu’il fut Louis-Napoléon Bonaparte ou Napoléon III, c’est bien lui qui engagea la révolution du crédit en France. Elle ouvrit la voie à une fulgurante expansion de l’ensemble de l’économie française : banques, assurances, chemins de fer, compagnies maritimes, forges, mines, construction… comme elle n’en connut plus avant les années 1946-1975, période célébrée par Jean Fourastié sous le nom de Trente Glorieuses.

 


Contemporains


 

Quelle fut sa contribution dans l’immobilier ?

Le revers de la révolution industrielle et de l’expansion économique fut, bien sûr, l’exode rural. Entre 1801 et 1850, la population parisienne doubla pour atteindre le million d’habitants et tripla pratiquement ensuite pour atteindre son maximum historique, autour de 2,9 millions habitants entre 1914 et 1960, avant de décroître vers les 2 millions d’habitants aujourd’hui.

Mais les 2 millions d’habitants d’avant les travaux haussmanniens ne vivaient pas dans les mêmes conditions que les 2 millions de Parisiens d’aujourd’hui. Napoléon III, influencé par son séjour à Londres, après son évasion, déguisé en maçon Badinguet, prit modèle sur la salubrité de la capitale britannique, entièrement reconstruite après le grand incendie de 1666, pour donner ses consignes au préfet de la Seine, Georges-Eugène Haussmann qu’il maintint en fonction dix-sept ans durant, de 1853 à 1870.

La métamorphose de Paris fut un engagement personnel qui occupa en permanence l’empereur. Il fit installer dans son bureau le plan de Paris où étaient dessinés les projets de rues, avenues, boulevards, places et squares. Hors les considérations de salubrité ou de conditions de vie, Napoléon III avait aussi mesuré la nécessité que les infrastructures dont il dotait le pays tout entier, ne pouvaient pas déboucher sur une forme de cul de sac. Comme l’a si bien relevé Philippe Séguin, dans la biographie qu’il publia en 1990 (Louis-Napoléon le Grand, éditions Grasset), l’empereur s’était exclamé : « La transformation de Paris est le complément nécessaire d’un réseau de chemins de fer dont je veux couvrir la France et qui, en un temps donné et prochain, se souderont aux chemins de fer étrangers. Que deviendront ces flots de voyageurs jetés dans une ville qui n’est pas percée en vue de le recevoir ? Où seront les voitures pour les distribuer dans les divers quartiers et les hôtels pour les loger ? ».

La place du Crédit Foncier

Le Crédit Foncier est le premier établissement bancaire fondé par le prince-président le 28 février 1852, pour moderniser l’agriculture avant qu’il n’apporte sa contribution aux travaux colossaux de Paris.

 

DANS LE RÉTRO

1852
Création du Crédit Foncier de France
Création du Crédit mobilier par les frères Pereire

 

1853
Napoléon III nomme Haussmann préfet de la Seine

 

1855
Exposition universelle à Paris

 

1859
Paris est réorganisée en 20 arrondissements

 

1864
Loi accordant le droit de grève

 

1867
Exposition universelle à Paris

 

1870
Défaite de la bataille de Sedan

 


Chiffres clés

 

 


ÇA ALORS !

Un Empereur social
Napoléon III est à l’origine de la construction des 86 premiers logements sociaux de Paris à la cité Napoléon, rue Rochechouart, en 1851.

 

Le petit Napoléon
En 1852, Victor Hugo, un de ses fervents opposants, écrit un pamphlet « Napoléon le Petit » où il traite l’empereur, entre autres, de « dernier des hommes » et de « criminel ». Cela oblige l’écrivain à quitter la Belgique où il s’était réfugié après le coup d’Etat de fin 1851.

 

Se ressourcer à Biarritz
En 1854, le couple impérial fit construire une résidence à Biarritz, en forme de E en référence au prénom de l’impératrice Eugénie, où il passera beaucoup d’étés en compagnie de quelques privilégiés. C’est le début la transformation de cette ville en station balnéaire.

 

La débâcle
Sur son lit de mort, les derniers mots de Napoléon III auraient été : « N’est-ce pas que nous n’avons pas été des lâches à Sedan ? ». On se souvient que la défaite de Sedan contre les Prusses signe sa mort politique et la chute du Second Empire. Cette défaite inspira d’ailleurs Emile Zola qui écrivit La Débâcle publié en 1892, le dix-neuvième volume de la série Les Rougon-Macquart.

 

Retour à la case départ
Napoléon III, après sa chute en 1870 et sa captivité en Allemagne, habitera jusqu’à sa mort à Chislehurst au Royaume-Uni dans une résidence du XVIIIe siècle (Camden Place). Il connaît bien ce pays où il séjourna de nombreuses années avant devenir président, puis empereur.

 

Souffrir en secret
Napoléon III souffrait de multiples maux, dont un calcul à la vessie avec une souffrance devenue atroce à partir de 1865. L’opium le calmait mais le mettait dans un état second. Le peuple ignorait sa maladie. C’est donc un souverain très diminué qui dirige en 1870 la guerre contre la Prusse. On connaît la suite.

 

 


Vu par…
Pascal Bonnefille,

Directeur de la rédaction Immoweek

 

Longtemps (coup d’état du 2 décembre oblige), le rôle de Napoléon III a été minimisé voire négligé, dans la « révolution » vécue par Paris et les grandes métropoles françaises.

On le sait désormais : c’est l’empereur lui-même qui a voulu, conduit et suivi la politique de transformation urbaine menée pendant son règne. C’est lui qui choisit, puis soutint contre vents et marées (pendant 17 ans !) l’austère et efficace préfet Haussmann. C’est lui qui donna le « la » des prodigieux chantiers lancés avec une obsession : répondre aux besoins de sécurité, de salubrité et de circulation. On y ajoutera un objectif, que d’autres avant et après lui conserveront : laisser une marque dans la capitale de la France. En faire une « ville-monde », prestigieuse et enviée. La réussite du projet, dont il ne faut pas cependant nier les traumatismes induits (des milliers d’immeubles détruits, des dizaines de rues supprimées, des chantiers lourds et permanents !) est d’autant plus incroyable que Napoléon III ne connaît guère « sa » capitale pas plus que le reste du pays. Il a vécu l’essentiel de sa vie en exil, ou en prison… C’est peut-être cet œil neuf, qui a permis à cet esprit complexe de saisir les enjeux essentiels de la modernisation urbaine. Sans les décisions prises sous le Second Empire, la révolution suivante (celle du métro) n’aurait pas été possible. Et Paris, Lyon ou Marseille ne seraient pas les mêmes…

 

 

 


Crédits photos : Shutterstock – Illustration : Caroline Morin